ROUTE IGNATIENNE

1.- Église des Jésuites de Casp.

À l’intérieur, on peut voir l’épée de saint Ignace, qu’il a laissée en 1522 comme ex-voto à Montserrat. Nous commençons l’itinéraire ignatien depuis l’église.

2.- Place Sant Agustí Vell

Provenant de Manresa, Saint Ignace est entré dans Barcelone par la calle Portal Nou, dont le bout est à gauche. Au début de la rue se trouve la porte de la muraille médiévale de la ville, dont on peut encore voir quelques anciennes arcades. À l’autre bout de la rue, il y a un abreuvoir pour les chevaux, placé de la même façon dont Saint Ignace a dû le voir, même si les pierres actuelles ne sont pas celles d’origine.

3.- Chapelle de Marcús

Elle a été construite en 1166 par Bernat Marcús et est devenue très vite le siège de la Vierge du Guide. C’est là que les carrosses qui entraient et sortaient de la ville s’arrêtaient pour implorer la protection ou pour remercier la Vierge Marie. La chapelle a été soigneusement restaurée et l’extérieur a été nettoyé. Il est intéressant de constater qu’elle n’a pas été détruite pendant la guerre civile. Son intérieur, remodelé à plusieurs reprises, ne présente pas d’intérêt particulier. L’image de la Vierge n’est pas l’originale qu’Ignace a vu. À l’extérieur, dans la maison attenante, à l’angle de la calle Assaonadors, se trouve un relief de Saint-Jean-Baptiste avec une inscription en catalan.

4.- Plaza de la Llana

Le prolongement de cette place est la calle de la Bòria et la dernière ruelle sur la gauche, parallèle à la Via Laietana, est l’actuelle calle San Ignacio, où se trouvait la maison d’Inés Pascual, l’endroit où Ignacio de Loyola se logeait pendant ses séjours à Barcelone. La maison a été démolie en 1852 lors de l’aménagement de la calle Princesa. La partie où se trouvait la chambre de Saint Ignace correspond à l’angle qui forme aujourd’hui la calle San Ignacio avec la calle Princesa n. 7.

5.- Basilique de Santa María del Mar

Devant la porte latérale de la Basilique se trouve la calle Mirallers, où vivait Jérôme Ardèvol, le professeur de latin d’Ignace. L’église de Santa María del Mar a été construite par les corporations d’artisans de la ville, comme contrepoids à la cathédrale, siège de la noblesse et de l’aristocratie. Aujourd’hui, la nef centrale est dégagée, ce qui lui donne sa grandeur caractéristique, mais à l’époque de Saint Ignace, elle était occupée par un grand chœur en bois. En entrant par la porte principale, nous voyons sur la gauche un petit bénitier. Au deuxième étage de la chapelle adjacente, une plaque rappelle qu’Ignace s’asseyait là quand il mendiait. Il s’agit de l’endroit exact selon un document signé par le Conseil des travaux de la basilique en 1717.

6.- Plaza del Ańgel

Lorsque la Via Laietana a été construite au début du XXe siècle, la calle Bòria a été coupée. Au numéro 3 de cette rue se trouvait le centre des Études générales où maître Ardèvol enseignait le latin à Saint Ignace.

7.- Plaza de los Santos Just i Pastor

À droite, nous pouvons voir l’église dans laquelle Saint Ignace était assis pour écouter le sermon avec les enfants, quand Isabel Roser fût émue par la dévotion et l’humilité de ce pèlerin. Devant l’église se trouve la maison d’Isabel Roser, la bienfaitrice d’Ignace.

8.- Chapelle Royale du Palais

En longeant le flanc de l’église, nous nous dirigeons vers la calle Hércules et nous arrivons à la calle Ciudad. Devant se trouve l’hôtel de ville avec sa façade médiévale. Derrière le nouveau bâtiment de l’hôtel de ville, en suivant la calle Templarios, nous arrivons à la calle Palau, où se trouve la résidence des jésuites au numéro 3. Dans l’église, ancienne chapelle du palais royal, sont conservés le matelas et un banc utilisés par saint Ignace lors de son séjour dans la maison d’Inès Pascual.

9.- Cathédrale

De là, en traversant la place Sant Jaume et en entrant par la calle Bisbe, on entre dans le quartier gothique. Il nous reste deux autres endroits à visiter. Dans la cathédrale, la chapelle de Sainte Eulalie, sous le maître-autel, il y avait la chapelle du Saint-Sacrement au temps de saint Ignace, et il ne fait aucun doute qu’il y passait de longues heures de prière. Et la maison de l’archidiacre, en face de la chapelle de Sainte-Lucie et du palais épiscopal, et maintenant les archives municipales : saint François de Borgia y a vécu lorsqu’il était vice-roi de Catalogne. C’est là que le P. Fabro lui a rendu visite pour aborder son entrée dans la Compagnie.